La petite fille qui aimait la lumière de Cyril Massarotto

Publié le par leslecturesdenounette

 
 
En bref:
 
 
Barricadé dans sa maison au coeur d' une ville déserte, un vieil homme prend des risques fous pour recueillir une petite fille blessée. L'enfant ne parle pas, elle ne prononce qu'un mot : Lumière, elle qui a si peur du noir.
Alors le vieillard parle, il lui raconte la beauté de la vie d'avant, les petites joies du quotidien, son espoir qu'on vienne les délivrer. Il lui enseigne la possibilité d'un avenir, quand elle lui offre de savourer le présent.
 
Mon avis sur le livre:
 
 
Ce livre m'a été prêté il y a quelques mois déjà par ma meileure amie, qui me l'avait conseillé, ayant d'autres lectures en attente, je remettais toujours celle-ci à plus tard. 2tant parti quelques jours en vacances, j'ai emmené le livre avec moi....

 

Ce livre qui de prime abord ne m'attirait en fait pas plus que ça, m'a au final bien plu, ce n'était pas un coup de coeur mais je suis contente de l'avoir lu. C'était le premier livre de Cyril Massarotto que je lisais, j'ai donc découvert cet auteur.

 

Les sujets traités sont la guerre, la liberté, les choses simples à apprécier au quotidien, mais également le pouvoir des mots, de dire les choses pour qu'elles prennent leur sens, le pouvoir de la parole pour guérir les blessures du passé.

On ne peut que être ému par la relation qui se tisse entre l'enfant et le vieil homme et par toutes les petites choses qu'il lui apprend, les choses toutes simples qui font que la vie est merveilleuse.

Beaucoup d'humanité, d'émotions qui se dégagent de ce livre.

 

La guerre n'est de loin pas un sujet facile à traiter, ici il est traité avec gravité, mais pas de façon à heurter le lecteur, c'est plus une prise de conscience qui est offerte, de ce qu'est la guerre, de ce qu'elle engendre, mais également une réflexion sur la liberté, et la chance de vivre libre et en paix.

 

Un beau livre, que je conseillerais, même si ce n'est pas un coup de coeur, j'ai passé un bon moment.

Publié dans Chroniques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article